Palmares

De l’énergie, Corinne Delcourt n’en manque pas. 10 ans de bénévolat au comité des fêtes de Bensa, 18 ans au bureau départemental des boules, trésorière du club bouliste de Lavelanet, boutique, maison, elle n’arrête pas. Mais le dimanche après-midi, c’est sacré. “Il faut un équilibre, même pour les loisirs, il faut être organisé, et un brin égoïste. Le dimanche après-midi, c’est pour moi, c’est mon après-midi, le vais au boulodrome, en extérieur, et on joue des parties pour le plaisir”.

Une question de points, là encore

Chez Corinne, machine à coudre et boules vont ensemble: il est toujours question de points. Et cette championne du tir en marque souvent plus que ses adversaires. C’est en 2000 que Manu Planas, un ami, lui fait découvrir la boule Lyonnaise et l’aimer. Corinne apprends vite.

Au point (!) qu’en 2012, elle représente Midi-Pyrénées aux France. “Je n’ai rien fait, j’ai badé”. En 2014, elle se requalifie en 4e division. Elle tombe en quart de finale. L’année suivante, en 3e division cette fois, elle ne parvient toujours pas à franchir le quart de finale. En 2017, à Cluny (71), l’équipe mixte régionale, “Coco” est la seule femme, est battue en finale de la coupe de France.

Entre-temps, sous les couleurs Laroquaises, elle est dans l’équipe de sport boules AS défaite à la mort subite en finale du championnat de France. En 2018, Corinne Delcourt créé une équipe féminine départementale à trois, puis à sept. En automne 2020, elle est à la base d’un grand rassemblement bouliste, à Lavelanet, au profit des personnels soignants locaux.

———————————-

Pamiers. Michel Soler : son soleil c’est la boule lyonnaise qui brille en compétition

Multiple champion d’Ariège et auteur d’une véritable razzia sur les boulodromes, Michel Soler excelle à la boule lyonnaise, une discipline devenue un mode de vie. La boule lyonnaise est pour lui un soleil, un mode de vie qui fait briller sa discipline favorite. Multiple champion d’Ariège, Michel Soler écume les boulodromes depuis des années avec un joli coup de quatre titres au niveau départemental réalisé en quatre ans. Bref, la longue n’a plus de secret pour le bouliste qui pratique avec adresse ce sport renommé qui trouve ses origines